Contenu .

Service-Navigation

Navigation Général

Navigation

Informations supplémentaires

PRÉSIDENCE ALLEMANDE DU G8

SERVICE

Bain de soleil et baignade dans le Mecklembourg

Mecklenburg__Strand

L’une des occupations préférées des Allemands est de s’allonger au soleil sur une plage et de se baigner. C’est ici, au Mecklembourg, que cette passion est née. La petite ville de Heiligendamm fut en 1793 la première station balnéaire allemande dotée d’un sanatorium, créée sur recommandation du médecin personnel du duc. D’imposantes villas de style classique témoignent encore de cette époque. Un investisseur les racheta en 1996; il tente depuis de redonner à Heiligendamm son aura de station mondaine. Avec terrain de golf et grand hôtel.

Mais ici, le temps n’est pas aussi serein que sur la Côte d’Azur. Par ailleurs, les habitants des environs et les touristes «standard» se rendent en pèlerinage à Heiligendamm pour «y regarder les riches». Cela n’a pourtant rien de nouveau puisque, il y a un siècle, les nobles prenant des bains de mer devaient eux aussi sembler bien étranges aux paysans et pêcheurs de la région. Pendant des siècles, ces derniers avaient construit leurs habitations loin de la côte, bien à l’abri du vent, et mon arrière-grand-mère n’aurait jamais eu l’idée de se baigner dans la mer.

C’est l’écrivain Uwe Johnson (1934–1984) qui a tracé le plus beau portrait du Mecklembourg entre 1930 et 1968, avec «Une année dans la vie de Gésine Cresspahl», un roman de près de 2000 pages. Mal à l’aise en RDA, il la quitta en 1959. Mais il jetait aussi un regard critique et distancié sur la République fédérale. «Là d’où je viens, ça n’existe plus», déclare un jour à New York Gésine Cresspahl, le personnage principal du roman. Elle a raison. Ce qui n’a pas empêché Uwe Johnson d’écrire sa vie durant exclusivement sur le Mecklembourg, même lorsqu’il vivait aux Etats-Unis ou en Angleterre. D’ailleurs sa Gésine dit aussi un peu plus loin: «Cette région de poissons est la plus belle au monde.»

Je ne peux qu’approuver. Je vous recommande une promenade qui vous mènera de Ahrenshoop à Wustrow, le long des falaises escarpées. La mer est bleue, calme, telle un miroir, ou verte et grise quand le vent la fouette. L’automne, l’argousier illumine les falaises avec son feuillage argenté et ses baies orange. Sans s’en apercevoir, on est passé de la Poméranie (Ahrenshoop) au Mecklembourg (Wustrow).

Quand j’en ai assez de Berlin, je m’enfuis à nouveau vers le nord. Je vais à Ahrenshoop sur les falaises, sur le lac de Schwerin, ou bien je prends le ferry pour l’île de Hiddensee. J’y passe alors volontiers quelques jours, je retrouve le calme – je suis de retour chez moi.



Accessibilité     . Imprimer     . Recommander cette page


Date: 28.12.2006